Justine, Vivien et moi

J'ai envie de pleurer. Mais je ne sais pas si c'est de joie - celle d'avoir vécu de si beaux moments et d'avoir tissé des liens si forts - ou de tristesse - celle qui marque la fin d'une époque. Fin d'une époque, et je n'étais pas là pour tourner la page. Je regarde cette photo et ... Mais merde ! Je n'étais pas là ! Pas là pour tourner cette page. Pas là pour boire un coup et rire ensemble une dernière fois dans le cadre de l'école. Et pourtant, ils voulaient que je sois là, ils ont imprimé ma photo et ont tenu à immortaliser l'instant. Je ne sais pas quoi dire. Je les aime. 

Mais c'est peut-être mieux comme ça. Je déteste tourner les pages. Je déteste les fins, je ne sais pas m'y prendre et ça me rend beaucoup trop triste. Fin du collège. Fin du lycée. Fin des Fous Chantants. Fin de mon stage chez Martelle. Fin de la chorale. Fin de mon stage à la Ménagerie. Fin de mon séjour en Afrique du Sud. Fin de l'ESC. Fin de mon stage à Helen Keller Intl. Il n'y a aucune fin que j'aie bien supportée. Et quand je pense au mot fin, je pense à Vati. Mais c'est une autre histoire ...

Et là, je n'ai pas envie de tourner la page, pas envie de dire au revoir, pas envie de m'arrêter là. « C'était pendant 4 ans, c'était bien. » écrit Vivien. C'était plus que bien. J'ai un peu un sentiment d'inachevé : je ne suis pas allée à la remise de diplômes, donc ce n'est pas tout à fait la fin. Parce que j'espère qu'il y en aura des tas d'autres, des demi-pêche, des fous-rires, des kebabs, des T'chiot Zinc, des confidences, des Carêmes tournés gentiment en dérision, de la musique, du "mérite tu l'as", de l'amitié ... Les copains, des comme vous, y'en a pas d'autres ♥

J'ai envie de pleurer. Je ne sais pas comment ça va continuer. La Picardie me semble tellement loin. Trop loin de Lyon. Attendez-moi, je reviens ! Je vous dois mes plus belles années, sans aucune hésitation.